Les implants cornéens

On distingue les inlays et les anneaux cornéens.

1- Les inlays

Il existe trois types d’implants ou inlays dont le mécanisme d’action est différent :

  • Les inlays à petite ouverture (Kamra AcuFocus ACI 7000). L’inlay Acufocus est une lentille de 3,8 mm de diamètre avec un trou central de 1,6 mm. Ce trou central restaure la vision de près en focalisant la lumière entrant dans l’oeil. La lumière passe à travers cet orifice, ce qui majore la profondeur de champ.

    image001

    image002

    Cette implant peut être proposé également à des patients ayant bénéficié d’une chirurgie par lasikou d’une opération de la cataracte avec implant monofocal

  • Les inlays qui majorent la convergence de la cornée en faisant bomber son centre (cornée hyperprolate). Le principe consiste à incérer une petite lentille en hydrogel (Implant Vue+) de 2 mm. de diamètre, perméable à l’eau et aux métabolites, dans la cornée, afin de majorer la puissance du centre cornéen.
  • Les lenticules à puissance réfractive (Flexivue Microlens). Ces inlays en acrylic hydrophile de 3 mm de diamètre ont une zone centrale neutre, et une zone annulaire périphérique dont l’index de réfraction élevé permet une addition de 1,5 à 3.50 d. Ils sont introduits dans une poche stromale de l’œil dominé.

De nombreuses tentatives ont été réalisées depuis de nombreuses années, mais la tolérance de l’inlay n’était pas satisfaisante à long terme. Le principe est variable selon le type de lentille, mais le but est de permettre une vision intermédiaire et de près sans altérer la vision de loin. La technique chirurgicale est celle d’un Lasik « tout laser », avec positionnement de la lentille sous le capot (Kamra), et/ ou d’insertion à travers une poche cornéenne. L’implant doit être parfaitement centré pour donner un résultat satisfaisant. L’inlay peut être modifié ou retiré en cas de problème, ce qui l’avantage majeur. Toutes ces techniques sont en cours de développement ou d’évaluation. Seul un œil est opéré. L’évaluation de la tolérance, de la stabilité réfractive et du centrage s’impose avant la diffusion de ces techniques à grande échelle.

2- Les anneaux cornéens.

Voir Traitement du kératocône